Baha'i News -- Le tourisme israélien sauvé par la communauté baha'i à Haïfa . LE MONDE | 27.02.02 | 15h47

CARNET DE ROUTE

Le tourisme israélien sauvé par la communauté baha'i à Haïfa

Haïfa (Israël) de notre envoyée spéciale

Prosterné, le front posé sur un tapis persan, l'homme prie. Puis il se relève lentement, tout à son recueillement. Le regard rivé sur le "saint des saints", il sort à reculons du mausolée. Le jeune Occidental se rechausse alors et gagne les jardins qui, surplombant le port de Haïfa, au nord d'Israël, servent d'écrin à la tombe du Bab (la porte, en arabe). De son vrai nom Siyyid Ali-Muhammad, l'un des fondateurs de la foi baha'i est enterré sur les flancs du mont Carmel depuis 1909. La montagne, où le prophète Elie aurait défait les prêtres de Baal, est depuis devenue le lieu de pèlerinage le plus important au monde pour les cinq millions d'adeptes revendiqués par cette religion, apparue en Iran en 1844.

Fondée sur l'universalisme et la croyance en un créateur unique, prônant "l'égalité entre les sexes, l'éducation obligatoire, le progrès social", la foi baha'i défend aussi l'idée que les religions qui l'ont précédée ne constituaient qu'une préparation à son avènement. "Descendant de l'islamisme comme la chrétienté descend du judaïsme", selon la formule consacrée de ses adeptes, la foi baha'i a fait l'objet de persécutions dès sa création.

Aujourd'hui encore en Iran, 300 000 baha'i souffrent de discriminations. Le Bab, lui, en est mort, exécuté en 1850 à Tabriz, tout comme plusieurs milliers de ses fidèles. Son successeur spirituel, Baha'u'llah (la gloire de Dieu) fut emprisonné, puis exilé à Bagdad et Constantinople, avant d'être assigné à résidence à Saint-Jean-d'Acre, colonie pénitentiaire de l'Empire ottoman, en 1868. Durant cet exil, la deuxième autorité de la foi baha'i décréta que le mont Carmel, situé près de Saint-Jean-d'Acre, était prédestiné pour accueillir la sépulture du Bab.

Au début du XXe siècle, un mausolée en pierres dorées fut donc bâti pour abriter ses restes. Puis le site fut progressivement embelli. En 1953, un imposant édifice, surplombé d'un dôme en or, vint chapeauter le tombeau original. La communauté baha'i y établit aussi son centre mondial et édifia un bâtiment dans le plus pur style grec classique, où sont conservés les écrits du Bab.

Mais ce ne sont ni les commandements du Bab ni les audaces architecturales du site qui attirent chaque année des centaines de milliers de personnes sur les versants du mont Carmel. En un demi-siècle, les baha'i ont transformé la montagne caillouteuse en un jardin à la française qui dévale la pente en une succession de dix-neuf terrasses impeccablement entretenues. Sur un kilomètre de dénivelé, le gazon anglais rivalise de verdeur avec les allées de graviers rouges et de galets blancs ; des fontaines chuchotantes jalonnent une promenade entre les arbres exotiques, les oliviers centenaires et les innombrables rosiers.

Inaugurées au printemps 2001, les neuf nouvelles terrasses qui coiffent le tombeau ont renouvelé l'intérêt des Israéliens pour l'endroit. Alors que les touristes se comptent désormais sur les doigts d'une main, 800 000 personnes ont, depuis juin 2001, arpenté gratuitement les jardins. Selon le directeur américain du centre, Douglas Samimi-Moore, ils devraient accueillir 1,5 million de visiteurs par an, parmi lesquels quelques centaines seulement de croyants. "Les baha'i ne pratiquent pas le prosélytisme ; en Terre sainte, cela a même été formellement proscrit par le Bab, précise-t-il. Chacun doit atteindre sa propre vérité." Les autorités israéliennes laissent donc vivre comme bon leur semble les 700 volontaires baha'i, installés à Haïfa.

Loin des considérations religieuses, la municipalité a compris l'intérêt qu'elle pouvait tirer de la manne drainée par les visiteurs. Sa stratégie touristique évoque certes les activités liées à la mer et la réhabilitation d'un quartier fondé par les templiers allemands au XIXe siècle, mais elle s'appuie surtout sur le caractère exceptionnel du site baha'i. Enthousiaste, le maire n'hésite pas à qualifier les jardins de "huitième merveille du monde". Le pari semble payer : alors qu'à travers tout le pays le tourisme est en berne, les hôtels de Haïfa sont avec ceux d'Eilat, la cité balnéaire de la mer Rouge, les seuls à avoir connu une fréquentation en hausse en 2001. "La mairie est plutôt coopérative", reconnaît sobrement M. Samimi-Moore. Pour construire le pont nécessaire au passage entre le tombeau du Bab et les terrasses supérieures, la ville a accepté d'abaisser de 5 mètres l'une des artères les plus passantes de la ville. En devenant un haut lieu du tourisme israélien, la communauté baha'i a mis toutes les chances de son côté pour demeurer dans le pays un havre de paix, hors du temps et du conflit.

Stéphanie Le Bars


©Copyright 2002, Le Monde (France)

Page last updated/revised 022702
Return to the Bahá'í Association's Main Web Page